LONDRES – La saison des résultats des entreprises a démarré sur les chapeaux de roue, mais les bonnes surprises n’ont pas réussi jusqu’à présent à générer un élan haussier pour les marchés boursiers mondiaux.

Vendredi matin, 13 % des entreprises européennes et 20 % des entreprises américaines avaient publié leurs résultats du premier trimestre, la majorité d’entre elles dépassant les attentes du consensus.

Vendredi, les analystes de Barclays ont souligné que la croissance des bénéfices par action (BPA) a été particulièrement élevée jusqu’à présent, avec 107 % en glissement annuel en Europe et 63 % aux États-Unis.

Des bénéfices supérieurs à la moyenne

Les bénéfices par action sont supérieurs à la moyenne pour une saison de publication, à 74 % en Europe et 83 % aux États-Unis, a souligné Barclays, tandis que la croissance des ventes a surpris positivement par rapport au consensus de 1 % en Europe et de 4 % aux États-Unis.

Cependant, les marchés européens et américains sont légèrement en baisse pour la semaine, et Emmanuel Cau, responsable de la stratégie des actions européennes chez Barclays, a suggéré que les attentes élevées en matière de bénéfices avaient été largement prises en compte par les marchés après leur impressionnante progression et leur réévaluation au cours de l’année dernière.

« Notre opinion selon laquelle la saison des rapports pourrait s’avérer être un cas de « voyage et arrivée » semble se vérifier jusqu’à présent », a déclaré Cau dans la note.

« La réaction médiane des cours boursiers aux résultats est en effet négative malgré les forts dépassements des estimations, principalement aux États-Unis, tandis qu’elle est globalement plate en Europe. »

Cau a noté qu’un schéma similaire était apparu lors des deux précédentes saisons de résultats, avec des marchés boursiers qui se sont redressés dans la période précédant les résultats avant de décrocher, et de recommencer à se redresser après une période de digestion.

Marcus Morris-Eyton, gestionnaire de portefeuille chez Allianz Global Investors, a déclaré jeudi à CNBC que la saison des résultats devrait être forte en raison de « vents arrière macro très sains », et que ceux-ci devraient se poursuivre au cours des prochains trimestres, en particulier en Europe.

« Mais le défi pour nous, en tant qu’investisseurs, est que les attentes sont très élevées, et que ces entreprises doivent soit répondre aux attentes, soit les dépasser », a déclaré Morris-Eyton à l’émission « Squawk Box Europe » de CNBC.

« Vous avez déjà vu quelques exemples de sociétés qui ont publié des chiffres conformes mais qui n’étaient pas assez bons pour le marché. »

Problèmes de correction

La publication de solides bénéfices sera importante pour que les marchés d’actions poursuivent leur progression générale, mais des techniques surachetées, un positionnement largement haussier et la mentalité saisonnière de « vente en mai » pourraient placer les actions dans la « zone dangereuse » pour un repli si un catalyseur négatif émerge, a suggéré Cau.

« Le plus évident serait l’apparition d’une variante (coronavirus) résistante aux vaccins, mais les éruptions géopolitiques ou une surprise politique de type faucon pourraient également nuire au sentiment », a-t-il déclaré.

« Nous avons également mis en garde récemment contre le risque réglementaire/fiscal, qui a été largement ignoré par les marchés. »

Ce dernier a été mis en évidence jeudi, les marchés ayant été effrayés par des informations selon lesquelles l’administration du président américain Joe Biden envisageait d’augmenter l’impôt sur les plus-values dans le cadre de son nouveau paquet économique.

« De nombreux indicateurs sont tendus depuis un certain temps déjà et il aurait été prématuré de prendre des risques compte tenu de l’amélioration des fondamentaux, mais il semble que la marge d’erreur soit moindre maintenant si quelque chose devait mal tourner », a déclaré M. Cau.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.